Pollution des déchets informatiques, un réel problème pour la planète

Déchets informatiques
Déchets informatiques

En matière de pollution pour la planète, les déchets informatiques prennent une part beaucoup plus importante que l’on ne pourrait le penser. En l’espace de 5 ans, les déchets électroniques ont augmenté de l’ordre de 20% environ, ce qui n’est pas rien.

Vieux téléviseurs, anciens téléphones portables, ordinateurs en fin de vie.. un rapport nous indique que chaque humain sur terre produit, en moyenne, 7 kilos de déchets électroniques par an.

A titre d’exemple, à l’échelle planétaire, ce ne sont pas moins de 50 millions de tonnes de déchets électroniques qui auront été produits durant l’année 2019 (voir le dernier rapport de l’Union Internationale des Télécommunications).

Là où le bât blesse c’est lorsque l’on apprend que les déchets informatiques et électroniques ne sont que très peu recyclés. Et pour cause, ces appareils sont composés de multiples pièces électroniques, toutes plus petites et difficiles à extraire les unes que les autres.

Toutefois, le recyclage des déchets informatiques et, plus généralement, des déchets informatiques, peut se faire même si ce dernier n’est pas simple. Une lueur d’espoir pour notre planète ?

Les appareils électroniques ont une durée de vie de plus en plus courte

La cause du problème de cette accélération de la prolifération des déchets électroniques et informatiques sur notre planète ? La durée de vie de ces appareils qui est de plus en plus courte. On parle même parfois d’obsolescence programmée.

La masse des déchets d’équipements électriques et électroniques qui est de plus en plus élevé n’a pas pour seule cause cette durée de vie courte et le renouvellement par les consommateurs de leurs appareils électroniques.

Les appareils électroniques sont échangés au lieu d’être réparés

Un autre facteur, et non des moindres, prend sa part de responsabilité. Il s’agit de la réparation des appareils en panne. Aujourd’hui, lorsqu’un consommateur possède une télé, un ordinateur ou un téléphone qui tombent en panne, que fait-il ?.. Il remplace tout simplement ce dernier plutôt que de le faire réparer, tout simplement car ce n’est pas économiquement viable pour lui de faire réparer son appareil électronique ou informatique en panne.

Une sur consommation des appareils électroniques

C’est la triste réalité de notre modèle économique actuel, un modèle capitaliste basé sur la sur production et la sur consommation.. une réelle fuite en avant pour notre planète.

A titre illustratif, sachez que le nombre de smartphones qui auront été vendus en 10 ans a été multiplié par.. 10 !

La pollution des déchets informatiques est une plaie pour la planète
La pollution des déchets informatiques est une plaie pour la planète

Quid du recyclage des déchets informatiques ?

Le recyclage des déchets informatiques et des équipements électroniques obsolètes est pourtant grandissant. En 2022, il y a tout lieu de constater, et c’est un point positif qu’il faut relever, que la prise de conscience a eu lieu quant à ce problème relatif au traitement des déchets informatiques.

C’est ainsi qu’en 2019, en Europe, ce ne sont pas moins de 42% des déchets informatiques qui auront pu être recyclés. Toutefois, cela n’est pas représentatif de la réalité puisque dans les pays en voie de développement, pays qui représentent une part beaucoup plus importante de ce monde, il n’existe, à proprement parler, aucune filière réglementée pour le traitement des déchets informatiques et pour la sauvegarde de l’environnement.

En Afrique, par exemple, le taux de recyclage des déchets informatiques représente à peine 1%, ce qui est dérisoire.. une goutte d’eau face au défi de la problématique du traitement des déchets qui représente, comme nous l’avons dit, plusieurs millions de tonnes chaque année.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.