Comment assurer la sécurité des ouvriers du BTP ?

D’après les statistiques de la Caisse nationale d’assurance maladie, le secteur du BTP s’impose comme l’un des plus accidentogènes en France et en Europe. Les accidents recensés dans ce secteur sont non seulement plus importants, mais également plus lourds de conséquences que ceux qui se produisent dans la majorité des autres secteurs professionnels. Dans cet article, nous vous livrons quelques conseils pour optimiser la sécurité des ouvriers sur le chantier.

Ouvriers du BTP : les filets de sécurité

Les chutes sont, après la manutention, la deuxième cause principale des accidents du secteur du BTP. Dans la majorité des cas, elles sont meurtrières. Il est par conséquent primordial de bien les prévenir et de s’en protéger correctement.

Pour ce faire, il existe aujourd’hui de nombreux équipements dédiés, notamment les filets de sécurité. Vous pouvez notamment aller sur des sites spécialisés tels que www.srf.fr, un site spécialisé dans la fabrique de filets divers pour l’industrie, le BTP, l’habitat, la faune et la flore

Dans les faits, les filets de sécurité n’évitent pas les chutes. Ils les arrêtent et évitent ainsi des situations dramatiques. Ils font partie des équipements de protection collective des ouvriers et sont mis en œuvre sous certaines conditions.

Ils peuvent par ailleurs être combinés à d’autres équipements à l’instar des ceintures de maintien ou encore des harnais de sécurité.

filets sécurité

Secteur du BTP : l’importance des EPI

Si les équipements de protection collective peuvent s’avérer très utiles pour assurer la sécurité des ouvriers sur le chantier, les équipements de protection individuelle (EPI) ont également leur intérêt et ne sont pas à négliger.

Pour rappel, les EPI désignent tous les dispositifs qui permettent de protéger un ouvrier contre les risques auxquels il s’expose sur le chantier. Et ce, qu’il s’agisse de risques biologiques, chimiques, mécaniques, électriques, thermiques, sonores, de rayonnement ou encore de blessures.

Il existe aujourd’hui de nombreuses sortes d’EPI. Mais selon leur typologie et la gravité des risques, on distingue 3 grandes catégories :

  • les EPI de classe 1 qui protègent des agressions superficielles sans lésions et des petites vibrations ou petits chocs,
  • les EPI de classe 2 qui offrent une protection contre les chocs ou les agressions qui peuvent toucher les parties vitales,
  • les EPI de classe 3 qui limitent les risques graves pouvant entraîner des conséquences irréversibles ou même la mort.

Parmi les EPI les plus courants, on peut citer entre autres le casque, les gants, les lunettes, les chaussures, les gilets de visualisation et les protections auditives.

À propos du Document unique sur un chantier

Dans le cadre d’un chantier, les employeurs sont généralement soumis à certaines obligations administratives telles que la souscription d’une assurance décennale, nécessaire pour leur activité.

Cependant, ils sont également tenus d’établir un Document Unique (DU). Ce document transpose l’évaluation des risques professionnels de l’entreprise. Il permet de définir facilement les actions de prévention à appliquer en priorité sur les chantiers pour protéger les ouvriers qui y travaillent.

Il doit être réajusté chaque année et est complété par une évaluation des risques spécifiques à chaque chantier.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.